Menu

giulianoc@ipc.unicancer.fr

Quelles innovations en cancérologie ?

Du fait notamment du vieillissement de la population, l’incidence des cancers continue d’augmenter. Cependant, la mortalité a commencé à diminuer, probablement en rapport avec des dépistages précoces et l’amélioration des thérapeutiques disponibles, incluant sur le plan loco-régional la chirurgie et la radiothérapie, et sur le plan systémique, les chimiothérapies cytotoxiques, l’hormonothérapie, les thérapeutiques ciblées et l’immunothérapie.

À l’heure actuelle, deux types d’innovations majeures émergent en cancérologie. La première concerne les pathologies localisées curables ou à haut potentiel de curabilité après traitement conventionnel et est essentiellement de nature diagnostique. Dans cette situation, l’enjeu principal est l’identification, par des approches de caractérisation moléculaire sophistiquée et innovante de la tumeur des patients, des sous-groupes à risque évolutif élevé, et qui nécessiteront des traitements plus agressifs, éventuellement de type innovants, pour augmenter leur chance de guérison, tandis que les patients de bon pronostic seraient engagés dans des stratégies de désescalade. Ainsi, dans les cancers du sein certains tests génomiques sont capables d’identifier un sous groupe de patientes dont le pronostic excellent après traitement local et hormonothérapie permet d’éviter la chimiothérapie.

L’autre situation qui intéresse directement l’innovation médicamenteuse concerne les patients atteints de maladies avancées ou récidivantes ou à haut risque de rechutes, dans lesquelles il est nécessaire d’augmenter de façon drastique la survie.

Deux approches sont à l’heure actuelle au premier plan :