Menu

giulianoc@ipc.unicancer.fr

Le coût des médicaments innovants en cancérologie :

28 janvier 2016

L’accès à l’innovation en cancérologie est un sujet qui mobilise  aujourd’hui tous les acteurs de la santé : patients, soignants, associations, producteurs de biens, régulateurs, payeurs… Tous les acteurs de la santé sont concernés par l’accélération de la course à l’innovation et l’explosion des coûts que l’on observe depuis une dizaine d’années.

Le sujet s’est imposé rapidement pour chacune des parties engagées dans ce débat. En effet, de nombreuses  nouvelles molécules de chimiothérapie ont été mises sur le marché entre 2000 et 2010 dont la majorité est de la classe des « biothérapies » et/ou des thérapies ciblées. Au cours de la même période, le coût des traitements anti-cancéreux a pratiquement doublé et cette évolution a tendance à s’accélérer, voire à s’aggraver.

Pourquoi aborder le coût des médicaments innovants ?

C’est une question incontournable qui a besoin d’être débattue en toute transparence. Seule une action collective, une prise de conscience de tous les acteurs permettra de maintenir l’accès aux médicaments innovants.

Doit-on redouter une « médecine ciblée » qui favoriserait des « médicaments de niche » ? Quels sont les facteurs déterminant les coûts revendiqués ? Les innovations doivent-elles toujours être coûteuses ? Ces croissances de coûts seront-elles soutenables par nos sociétés ? Autant de questions que chacun peut se poser pour mieux anticiper le futur… L’accès rapide aux médicaments innovants par les patients est un objectif validé et partagé par tous. Dans un contexte de modération  de dépenses de santé, il semble urgent de réfléchir à de nouveaux modèles et de prendre conscience de la mondialisation de l’économie du médicament.

Une coordination au niveau international comme cela a été réalisé dans la lutte contre le sida peut-elle apporter des solutions ? D’autres modèles de fixation des prix des médicaments sont-ils à inventer, des modèles économiques à tester pour assurer la pérennité de notre système social et son équité pour des coûts supportables par l’Assurance maladie ?

L’ensemble des parties prenantes, et singulièrement celles portant la parole des malades, est totalement légitime pour débattre  de ces questions qui traceront la pratique des soins de demain.